logo_chirurgie_du_pied

Hallux valgus

L’Hallux Valgus ou « l’Oignon du Pied » est une déformation la plus fréquemment rencontrée dans la pathologie de l’avant-pied. Elle est souvent à prédominance féminine, parfois dés le plus jeune âge ( à titre d’exemple : 17% de la population allemande présente un Hallux valgus douloureux).

La déformation de l’Hallux valgus génère une saillie osseuse sur la partie interne du gros orteil, à l’origine de gênes variables : désagrément esthétique, conflit douloureux gênant le chaussage, qui devient difficile avec sensation d’écrasement, vos chaussures vont se déformer et enfin une douleur articulaire s’installera.

Au cours de l’évolution, la déformation est tellement importante, qu’on assistera à un chevauchement des orteils, tout chaussage, à ce moment-là, devient intolérable.

L’origine de l’Hallux valgus reste toujours difficile à affirmer. On peut reconnaître des facteurs prédisposants :

mailUn excès de longueur du gros orteil,

mailLe type de chaussure essentiellement chez la femme,

mailL’hyperlaxité ligamentaire,

mailCertains facteurs statiques du pied, notamment le pied plat.

Le but est de soulager ces désagréments par un traitement chirurgical adapté, en sachant qu’aucun traitement non chirurgical, ne peut espérer un résultat satisfaisant.

La chirurgie mini-invasive du pied est considéré comme le traitement moderne de l’Hallux valgus :

mailelle consiste à réaxer le gros orteil, en faisant disparaître cette « oignon » et en équilibrant le système capsulo-ligamentaire avoisinant. L’appui est généralement autorisé immédiatement.

mailCette technique procure une correction définitive.

mailL’anesthésie est le plus souvent loco-régionale, elle contribuera à lutter contre la douleur post-opératoire.

Griffe des Orteils

La déformation des orteils en griffe est source de conflits douloureux, évoluant vers des cors dorsaux ou plantaires. C’est une constatation fréquente dans la pathologie de l’avant-pied, accompagnant souvent l’Hallux valgus. Cette déformation est responsable d’une gêne fonctionnelle importante avec risque d’infection, nécessitant le plus souvent un traitement chirurgical adapté.

La griffe dite proximale, est la déformation la plus commune. Elle entre en conflit avec la chaussure, entrainant un cor dorsal douloureux.

Le chirurgien spécialiste vous expliquera la technique percutanée adaptée à votre déformation.

DÉFORMATION DU CINQUIÈME ORTEIL

 La déformation du cinquième orteil, inesthétique, dont la plus fréquente est le Quintus varus supraductus, est douloureuse par son exposition sur le bord latéral du pied. La pression exercée sur la chaussure devient rapidement insupportable.

Les lésions acquises sont fréquentes, et sont représentées par le durillon.

Un traitement chirurgical adapté, mini-invasif procure un résultat satisfaisant.

Métatarsalgies

Les Métatarsalgies représentent l’un des principaux motifs de consultation en pathologie du pied.

Ce sont des douleurs situées au niveau de l’avant-pied, juste en avant des orteils, s’aggravant lors d’une marche ou lors d’une activité sportive. Un terrain accidenté devient insupportable . Le cycle de la marche est perturbé.

Les principales causes des métatarsalgies sont généralement d’ordre statiques.

Les patients se plaignent de callosités ou « cors ».

Cette callosité plantaire est dans la majorité des cas, d’origine osseuse, d’où sa récidive après un soin par pédicure.

Ces métatarsalgies accompagnent dans une grande majorité des cas un Hallux valgus, à cause des mauvaises répartitions des pressions mécaniques sur la plante du pied.

Après échec d’un traitement conservateur ou dans les formes évoluées: le traitement chirurgical mini-invasif est indiqué et fait disparaître complétement les douleurs avec les callosités.

L’intervention est réalisée en ambulatoire . Le patient peut marcher immédiatement.

ARTHROSE DU GROS ORTEIL

 L’arthrose de l’articulation métatarso-phalangienne ou » hallux rigidus » est une usure de l’articulation, caractérisée par une disparition progressive du cartilage articulaire, responsable d’une douleur et d’une raideur variable.

Les patients se plaignent de « raideur de mise en route » et d’une douleur mécanique lors du déroulé du pas, qui s’aggrave en augmentant l’activité durant la journée.

Des excroissances osseuses périphériques vont se former et deviennent douloureuses, entrainant une vraie gêne au chaussage.

Le stade ultime de la maladie, est la disparition complète du cartilage, entrainant cette raideur articulaire définitive, qui a pour conséquence une gêne douloureuse lors du déroulé du pas antérieur. 

L’intervention chirurgicale dépend essentiellement du degré de l’atteinte articulaire :

mailSimple ablation de l’excès osseux

mailBlocage articulaire par Arthrodèse, il s’agit d’une intervention fiable et durable, vous ressentirez aucune limitation dans vos activités quotidiennes ou sportives .

Le Pied Plat de l’Enfant

Le Pied Plat est une déformation caractérisée par un effondrement de l’arche interne du pied et une déviation vers l’extérieur du talon. Ce n’est que vers l’âge de 7 à 8ans , qu’on peut poser l’indication d’un traitement médical ou chirurgical. A l’adolescence, non traité, le pied plat peut décompenser.

Un examen clinique et radiologique, bien conduit, devra permettre de préciser l’origine de ce pied plat.

Le pied plat de l’enfant et l’adolescent peut bénéficier d’une Chirurgie mini-invasive, après un résultat non satisfaisant d’un traitement orthopédique bien conduit.

Il s’agit d’enfants, conservant une déformation de l’arrière-pied, avec des douleurs, une maladresse lors du déroulé du pas, ou des difficultés lors de leur pratique sportive.

La technique mini-invasive consiste en la pose d’un implant  (Endoprothèse) dans l’arrière-pied permettant de corriger la déformation et par conséquent le pied redevient indolore, et toute activité sportive sera permise.

APONEVROSITE PLANTAIRE -EPINE

Il s’agit d’une pathologie du talon, extrêmement fréquente.

L’Aponévrosite plantaire est la principale cause de douleur du talon, aggravée à l’appui et à la marche.

Cette lame fibro-aponévrotique nait en arrière du genou, se prolonge sur le calcanéum, pour se terminer sur les têtes métatarsiennes . L’inflammation suivie de dégénérescence de cette aponévrose sur l’insertion du calcanéum a pour cause les contraintes mécaniques où les pressions sont élevées sur cette zone.

La radiographie montre très souvent , cette épine sous calcanéenne sous la forme d’une ossification, qui témoigne de la chronicité de cette aponévrosite.

Le traitement au départ, est toujours médical : Chaussures plus amortissantes, anti-inflammatoires en cas d’inflammation aigue, étirement de la chaine suro-achilleo-plantaire, enfin une infiltration de dérivés cortisonés.

Quand ce traitement ne suffit pas, le recours à une prise en charge chirurgicale, peut être proposé.

Une chirurgie per-cutanée courte, trouve tout son intérêt, le chirurgien spécialiste vous expliquera la technique : Section partielle à l’aide d’instruments spécifiques de la bandelette aponévrotique dégénérative. 

L’appui partiel sera généralement autorisé. Le retour à une activité normale, se fait au bout de la troisième semaine.  

CHIRURGIE MINI-INVASIVE EN TRAUMATOLOGIE

Deux principales indications bénéficient de la Chirurgie Mini-Invasive en Traumatologie du Pied :

La chirurgie mini-invasive, dans ce type de fracture dispense de toute immobilisation plâtrée, et permet le retour à une activité normale, avec pratique sportive, dans des délais assez courts.

La chirurgie mini-invasive, selon la technique de PARK modifiée par TAZI, permet le retour à une activité sportive assez rapidement, et évite quelques complications inhérentes à la chirurgie conventionnelle.